Haghtanag

41636 Visites
Vous êtes ici -> Haghtanag -> Articles

Articles



Le parlement européen

et la perspective des Arménien dans l’UE

 

Par Toros SARIAN, 1er juillet 2009-07-02

 

Récemment eurent lieu à l'UE des élections au parlement européen. Evidemment l'intérêt des citoyens n'était pas particulièrement grand, car la participation électorale était peu élevée. Peut-être ceci est dû au fait que la signification du Parlement européen n'a pas été évalué à sa juste valeur. Du point de vu arménien, les décisions que le parlement a rencontré au cours des années précédentes ont joué un rôle important. Depuis l'accueil des négociations sur l'adhésion avec la Turquie, le rapport intermédiaire de la Turquie est attendu chaque année avec vif intérêt. Ainsi les décisions du Parlement européen sont d’une certaine importance non seulement pour les Arméniens, mais également pour la Turquie.

 

Jusqu'ici la décision la plus vaste et la plus importante a déjà été acceptée en juin 1987. Malheureusement cette décision tombée dans l'oubli depuis longtemps résultait d’une époque où la Turquie manifestait son désir de rentrer dans la communauté d'Etat européenne. A cette époque, les députés ont déclaré que "les événements tragiques, qui eurent lieu en 1915-1917 et qui furent dirigés contre les Arméniens de l'Empire ottoman, constituent un génocide au sens de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, adoptée par l'Assemblée générale de l’ONU le 9 décembre 1948". Ils ont indiqué le refus turc de reconnaître le génocide, comme étant un "obstacle invincible pour l'examen d'une adhésion éventuelle de la Turquie à la communauté ".

 

La décision de cette époque-là a été conclue sept ans après le putsch militaire fasciste du 12 septembre 1980. Non seulement le public européen mais également les députés au Parlement européen se souvenaient encore des graves violations des droits de l'homme après le putsch militaire. Lorsque le gouvernement turc a manifesté, son désir d'adhésion à la communauté européenne, le scepticisme dominait à l'intérieur du Parlement européen principalement sur la position et les perspectives de développement de la démocratie en Turquie. La décision de juin 1987 est certainement en rapport avec les activités croissantes de la communauté arménienne dans la diaspora. Depuis le milieu des années 1970, les organisations arméniennes militantes par des attentats ont dirigé l'attention du public sur un crime qui était quasiment tombé dans l'oubli : le génocide dans l'empire ottoman. Il est surprenant que, seulement quelques années après la fin des attentats contre les officiels turcs et les institutions, le Parlement européen mette à l’ordre du jour la question de la reconnaissance du génocide.

 

La résolution de juin 1987 a été conclue pour une date, au moment où la Turquie était politiquement dans la défensive et les Arméniens dans l'offensive. A l'intérieur de la diaspora régnait un enthousiasme et une assurance que la communauté internationale reconnaîtrait non seulement le génocide, mais qu’elle augmenterait également en même temps la pression sur la Turquie. Après la fin des actions armées, les Arméniens se concentrèrent sur la lutte politique. Pour Ankara, la résolution de juin 1987 était une défaite politique sensible. Au cours des années suivantes, les Parlements nationaux en Europe exigeaient que la Turquie doit reconnaître le génocide des Arméniens. Un point culminant fut la décision de la réunion nationale française en 2001 (?). L'isolation internationale de la politique négationniste turque venait des activités politiques renforcées des associations arméniennes dans la diaspora. Désormais, l'Etat turc ne parle plus de "terreur arménienne" et déclare que le "lobby arménien" qui est en train de devenir de plus en plus fort serait l’ennemi en Occident.

               

En décembre 2004, le Parlement européen priait la Turquie, "de faire avancer le processus de réconciliation avec le peuple arménien par la reconnaissance du génocide des Arméniens, comme c’était exprimé déjà dans les précédentes résolutions du Parlement dans le cadre de la candidature de la Turquie (du 18 juin 1987 au 1er avril 2004)". Les députés exigeaient de la commission et du conseil de l'UE "en conformité avec les résolutions, qui ont été acceptées de 1987 à 2004, d'exiger la reconnaissance officielle de la réalité historique du génocide des Arméniens en 1915 ainsi que l'ouverture rapide de la frontière entre la Turquie et l'Arménie des administrations turques". En septembre 2005, les députés ont fait de nouveau appel à la Turquie, "pour reconnaître le génocide". Le Parlement européen "considère cette reconnaissance comme une condition de l'adhésion à l'Union européenne", lit-on dans la résolution. Ainsi la revendication clé de la décision prise en juin 1987 a été réaffirmée précisément au moment où les négociations pour une adhésion de la Turquie furent engagées, qui confirme de nouveau l'exigence principale de la décision de juin 1987 furent entamées. Entre temps, on peut reconnaître un changement clair au Parlement européen : dans la résolution d'octobre 2007, la Turquie a été invité à une "débat honnête et ouvert sur des événements dans le passé". Le gouvernement turc et arménien devraient engager un "processus de réconciliation". Un amendement dans lequel il était demandé à la Turquie d'avouer officiellement le génocide des Arméniens n’a trouvé aucune majorité dans le l’assemblée plénière.

 

La tendance de supprimer le thème du génocide de l'ordre du jour s’est affirmé notamment avec la dernière résolution de mars 2009. On y lit seulement : "le parlement européen salue la visite du président Gül en Arménie en septembre 2008 qui résulte de l'invitation du président Sarkisian, et espère que cette visite contribuera à créer un climat favorable à la normalisation des relations entre les deux pays; et il invite le gouvernement turc à réouvrir la frontière à l'Arménie et de reprendre les relations économiques et politiques avec l'Arménie; il invite de nouveau le gouvernement turc et arménien à entamer un processus de réconciliation qui concerne aussi bien le présent que le passé et qui permet une discussion honnête et ouverte sur des événements ayant eu lieu dans le passé; il invite la commission à faciliter ce processus de réconciliation".

 

Aujourd'hui, le Parlement européen, la commission et le conseil de l'UE sont d'accord pour que la reconnaissance du génocide ne joue aucun rôle lors des pourparlers avec la Turquie. Toutes les décisions qui ont été adoptées entre 1987 et 2005, sont, entre temps, lettres mortes. Au cours des 20 années passées, les Arméniens d’Europe ont pu voir comment la position politique a changé de plus en plus en faveur de la Turquie. Malgré la reconnaissance du génocide par le Parlement européen et par plusieurs parlements nationaux, aucune pression n'a été exercée de la part de l'UE sur la Turquie pour qu’elle renonce à politique négationniste. Même le meurtre d'Hrant Dink n'a pas abouti, par exemple, l’article 301 a été supprimé ou modifié. Aussi bien le Parlement européen que la commission de l'UE, ils se sont contentés de quelques concessions mineures de la Turquie.

 

Les résultats des élections au Parlement européen ont été jugés très différemment. Beaucoup voient le camp politique des partisans d'une adhésion à l’UE de la Turquie affaibli. Pour beaucoup d'Arméniens, cela peut paraître bon. Cependant y a-t-il, vraiment, une raison d’être content ? Pour pouvoir juger le développement de la politique européenne du point de vu arménien, nous devons nous demander ce qu’étaient nos exigences et nos attentes et qu’est-ce qui a été concrètement atteint jusqu'à aujourd'hui. La reconnaissance du génocide formait l'exigence principale. Bien que ceci ait déjà été rempli par la résolution de juin 1987 et par plusieurs résolutions du côté du Parlement européen, ce thème a été rayé de l'ordre du jour par la politique européenne. Sur les relations turco-européennes, la politique négationniste turque n'a eu aucun effet. Le Parlement européen, qui avait critiqué toujours plus distinctement pendant de nombreuses années la politique turque que le conseil de l'UE et la commission, déplore certes le "ralentissement continuel du processus de réforme" en Turquie, mais elle ne fait aucune critique claire des violations continuelles des droits de l'homme et des droits des minorités. Le génocide n'est plus mentionné dans la décision.

 

Déjà avant les élections, le "EAFJD" avait diffusé 19 pages d’un rapport dans lequel elle examinait sous toutes les coutures la position des partis séparés et des hommes politiques. Ce papier est sur ce point éloquent car c'est aussi un document pour l'échec de la politique du "EAFJD". Naturellement, il n’y a pas de raison de se réjouir, car pendant de longues années elle s'est battue avec engagement à Bruxelles pour les intérêts des Arméniens. Mais aujourd'hui, nous devons nous demander, pourquoi les voix des Arméniens ne trouvent aucune oreille en Europe. Naturellement nous pouvons nous esquiver devant les questions lancinantes de nos propres erreurs et omissions et jeter toute la responsabilité de la misère actuelle aux politiciens européens. C’est simple et naturel de dénoncer l'hypocrisie, le manque de principes, la trahison et les tendances pro-turques dans la politique européenne. Mais ceci nous aide-t-il à continuer ?

 

Ce qui a été décrit ici brièvement peut-être décevant voire déprimant, mais les Arméniens doivent apprendre à s’adapter aux dures réalités de la politique. La "politique du lobby" jusqu'ici pratique courante est arrivée depuis longtemps à ses limites. C'est le cas en Europe ainsi qu’aux USA. Cela n’apporte rien de condamner l’ancien rebelle des années 68 et homme politique vert influent d'aujourd'hui comme Daniel Cohn-Bendit comme membre d'un groupe de pression pro-turc ou de condamner Barak Obama pour avoir manqué à sa parole parce qu'il n’a pas voulu prononcer le mot «génocide» le 24 avril. La politique et les politiciens sont exposés aux changements continuels. Pour pouvoir développer une politique propre, les expériences du passé doivent être analysées de manière critique. D’abord une critique honnête et impitoyable de nos erreurs politiques donne la possibilité de formuler une nouvelle politique qui prend en considération tous les changements. Malheureusement parmi les Arméniens la disposition n'est pas particulièrement exprimée pour un jugement autocritique de la situation. Mais si nous voulons à nouveau nous investir avec force dans la politique en tant qu’Arméniens européens, nous devons prendre de nouveaux chemins. Aujourd'hui indépendamment de l’issu des élections au Parlement européen, il est nécessaire qu'une politique nouvelle, active et offensive soit développée. Avec la répétition continuelle des slogans anti-turcs connus ou du refus de l’adhésion à l'UE de la Turquie, les Arméniens n'avanceront pas. Ils trouveront, peut-être, le consentement chez les autres opposants à l’adhésion et en particulier dans le camp politique de droit, mais pas plus.

 

Naturellement ici se pose la question comme une nouvelle politique pourrait paraître. Cette question doit être discutée au sein des forces politiquement actives dans la diaspora. Il ne peut y avoir aucun monopole politique dans la représentation des intérêts arméniens, comme c'est jusqu’à présent le cas. La communauté arménienne en Europe n'est peut-être pas organisée de manière aussi forte ni aussi influente en comparaison des USA et de la Russie, mais elle possède un grand potentiel avant tout intellectuel. Si l’on parvient à mobiliser et à organiser ce potentiel, les Arméniens ne pourront pas surmonter la stagnation politique actuelle en Europe. Il est clair que dans ce contexte la communauté arménienne de France joue un rôle particulier car ici vivent les plus grands Arméniens. Mais justement en France, tout semble s'y concentrer pour empêcher l'adhésion de la Turquie à l'UE. Si la Turquie devient à la fin un membre de plein droit ou un "partenaire maître" de l'UE ça n’a aucune signification  tant qu'elle n'a pas changé fondamentalement. Pour nous Arménien, il devait s'agir en premier lieu qu’un changement radical et démocratique ait lieu en Turquie, que la Turquie abandonne sa politique négationniste, qu'elle mette fin à la politique anti-arménienne et qu’elle lève le blocus sur l'Arménie. Une politique allant dans ce sens se concentrerait de faire  prévaloir des valeurs démocratiques et serait ainsi dans la ligne de la politique de Hrant Dink qui avait toujours rappelé à l'Europe sa propre responsabilité à l'égard des Arméniens.

 

 

Traduit de l’allemand par Astghig Baghdassarian

Arrangement par Soline Doniguian


 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Par Toros SARIAN, 23 mai 2009



Wolfgang Gust, éditeur allemand dont le sujet de prédilection est le génocide des arméniens, a obtenu le 15 mai 2009 une distinction par le président de la République d’ Arménie.

Cette distinction qui fut crée il y a tout juste un an, décore simultanément un natif de ce pays et un « amoureux » de l’Arménie. Wolfgang Gust est donc le deuxième lauréat « non arménien » à être décoré pour ses mérites. Le professeur Vahakn Dadrian fut l’heureux arménien à être récompensé à ses côtés.


Ayant travaillé durant de longues années comme rédacteur dans le magazine allemand « Der Spiegel », connu pour sa vision politique, Wolfgang Gust a contribué durant toute sa carrière professionnelle à publier des recherches sur le génocide des arméniens.

Il a pu aussi prouver que le gouvernement allemand, allié des turcs, était tout a fait au courant et conscient de la déportation et des massacres. Cette épuration ethnique était relatée par les représentants diplomatiques affectés dans l’empire ottoman.


Lors d’un séjour à Erevan, notre nouveau lauréat eut l’occasion de travailler en collaboration avec Hayk Demoyan sur la création du « Musée du génocide ».

Selon Aram Kirakosyan, ministre adjoint des affaires étrangères, Wolfgang Gust renforce sa position sur l’implication du gouvernement allemand lors de l’épuration. Pour y remédier, l’Allemagne doit encourager le travail scientifique dans ce domaine.


Wolfgang Gust n’est pas à sa première récompense ! En mai 2004, il fut décoré de l’ordre de Sourp Sahak et Sourp Mesrop par le Catholicosat et en décembre 2006, il fut honoré du prix de Denis Papazian.

Néanmoins, cette nouvelle distinction académique ne peut que prévaloir le travail effectué.

Wolfgang Gust, âge de 74 ans, déclare que sa quête de vérité est loin d’être achevée. Il est convaincu que les archives allemands et d’autres pays cachent encore des trésors inédits et précieux.


Récemment, Wolfgang Gust a publié un article sur les massacres d’Adana et de Cilicie de 1909. Cette publication sur le site web, www.armenie.net, a permis d’informer un panel de personne.

S’étant retiré du monde des media, Wolfgang Gust a malgré tout accepté une invitation de l’association NAZARPEK Jeunesse HENTCHAKIAN. Cette conférence, qui se déroulait en avril à Paris, dont le thème était « le rôle allemand dans le génocide des arméniens » a rencontré un vif succès auprès de nombreux éditeurs.


Traduit de l’allemand par Astghig Baghdassarian

Arrangement par Soline Doniguian